Rapport à ma sexualité

Sexualité
L'auteur
le 7/3/17
J'ai eu mon premier rapport sexuel il a de cela 2 mois, c'était en soirée, j'étais alcoolisé, je ne le connaissais pas et ne l'ai jamais revu depuis. Nous nous sommes protégés et malgré l'alcool nous étions tous les deux consentants.
Personnellement je n'ai aucun regret face à cette première expérience que j'ai tout à fait apprécié, d'où le problème. Il s'est en fait avéré que mes amies m'en ont reparlé quelques jours plus tard en me disant que j'allais le regretter, parce que d'après elles il faut perdre sa virginité avec un homme ou une femme que l'on aime, et que mon acte n'avait pas été responsable. Mais personnellement je n'ai jamais ressenti le besoin d'attendre le prince charmant pour avoir mon premier rapport ni même maintenant d'être dans une relation sérieuse pour avoir de réguliers ébats.
Ma question est donc de savoir ce que vous en pensez. Je conçois que mon problème est moindre, ce n'est d'ailleurs pas tout à fait un problème mais cela m'intéresse de savoir si d'autres personnes partagent mon point de vue. Merci

Ma réaction : 😯 😔 😠 👏

Réponses (5)
Monseigneur Mercis reçus : 37
le 7/3/17, édité le 5/10/17
3
Je pense que c'est plutôt propre à chacun ; certains préféreront attendre un peu, pour pouvoir le faire avec une personne qu'ils aiment vraiment et à qui ils veulent "s'offrir" disons. Tandis que d'autres ne verront pas d'inconvénient à le faire avec une personne lambda, tant que les deux êtres sont consentants. Cela dépend plus d'une valeur que d'une norme propre à chacun ; c'est un peu comme les personnes qui se préservent avant le mariage, c'est un choix personnel, ils l'ont décidés ainsi, mais respectent le choix des autres, aussi différent du leur qu'il puisse être. Il en est donc de même pour la question sur la première fois avec une personne lambda : les avis restent partagés mais il restent propres à chacun.
Personnellement, cela dépend des circonstances : si j'en avais envie, que la personne me plaît bien et que je n'y voit aucun inconvénient, je le ferrai.
"Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. - Et je l'ai trouvée amère. - Et je l'ai injuriée." Arthur Rimbaud
Anonyme
le 14/3/17
1
Personnellement je l'ais fait avec un mec que je fréquentais depuis peu de temps, on ne sortais pas ensemble (j'avais envie d'une relation charnelle sans l'engagement qu'on prend en étant en couple) et lui avais une copine. Je l'ais fait parce-que j'en avais envie et je ne l'ais jamais regretter même si aujourd'hui je n'ai plus de contact avec le garçon en question.
Franchement ta sexualité ne regarde que toi, si tu étais consentante et lui aussi et que tu n'as pas de regret c'est tout benef'. (donc en gros je partage ton avis)
ahahahah Mercis reçus : 2
le 29/9/17
1
Légalement et psychologiquement, on ne peut pas être consentant sous l'emprise de l'alcool.

L'avantage de faire ça avec une personne fixe est la confiance, la baisse (voir l'absence de tabou), la compréhension.
Apres si ça s'est bien passé tant mieux pour toi.
Mais sur le système d'offre et de demande, plus tu t'offres facilement, plus ta valeur baisse. Apres c'est ma logique, Mais si t'es heureuse avec ta morale, faut t'en foutre des autres.
Oui oui, baguette.
Motherlode Mercis reçus : 8
le 5/10/17
C’est juste dommage de l´avoir fait alcoolisé tu n’as pas tellement profité du moment en étant clean
Dalyena Mercis reçus : 17
le 5/10/17
1
Salutations ! 
Il est vrai qu'en état d'ébriété, on a moins d'inhibition, et ça peut aider à être "consentant". Mais je pense que, même en état d'ébriété, si la personne ne se sent pas en sécurité, elle ne le fera pas. Le tout est de se sentir en confiance, et de ne pas être forcé. En ce sens, si tu te souviens de l'avoir fait, que c'était bien et que tu étais à ton aise, on peut tout à fait dire que tu étais consentante, à mon avis. 

Pour ce qui est de se préserver... J'ai toujours entendu mon entourage dire qu'il fallait attendre plusieurs mois avant de coucher avec son copain. Qu'il fallait le faire attendre, sinon il partirait dès que vous l'auriez fait. En gros, pour moi, c'est juste un test pour qu'il montre qu'il t'aime au-delà du rapport charnel. En gros, pour moi, c'est un manque de confiance absolu. Mais ça permet de ne pas être blessé, quand même. 

Certains diront donc qu'il est mieux de s'offrir, si l'on peut dire, à la personne qu'on aime. Mais pourquoi on pense ça ?

A mon humble avis, il y a encore derrière la sexualité tout un aspect religieux où la virginité est sacralisée. Par conséquent, religieusement, être vierge signifie être pure et innocente. Aussi, une enfant est pure et innocente, donc elle doit être vierge (personnellement, je trouve ça mieux pour une enfant, quand même). 

Mais à partir d'un certain âge, nous ne sommes plus des enfants. Et je ne pense pas qu'il faille culpabiliser les gens qui perdent leur virginité, simplement parce qu'ils ne suivent pas son aspect sacré. Mais si on partait du principe que la virginité n'était pas sacrée. Parce que chez les femmes, ça l'est et chez les hommes... Pas du tout ! 

Donc tant que tu te sens bien avec ça, tu n'as aucune raison de te culpabiliser à cause de la vision des autres. La seule tienne compte. De plus que, entre nous, la perte de virginité ne change pas la personnalité d'une femme. Elle reste la même. On ne saurait même pas si elle est vierge ou non si elle ne le disait pas!
« Quel que soit le nombre de saintes paroles que vous lisez, que vous prononcez, quel bien vous feront-elles si vos actes ne s'y conforment pas ? »

Connectez-vous pour pouvoir répondre.